top of page
Rechercher
  • saintfelixj

Une ex-RRH au poste de ministre déléguée à l’enseignement et à la formation professionnelsCarole


La nouvelle ministre déléguée, Carole Grandjean, ex-RRH chez Elior, est rattachée au ministère du travail et de l’éducation. Ses missions devraient porter sur la réforme des lycées professionnels mais aussi sur la délicate question du financement de la formation professionnelle.

Carole Grandjean, députée élue sous l'étiquette Ensemble (majorité présidentielle) de Meurthe-et-Moselle, a été nommée ministre déléguée chargée de l’enseignement et de la formation professionnels dans le nouveau gouvernement dirigé par Élisabeth Borne, hier. Son portefeuille est placé sous la double tutelle des ministres du travail, Olivier Dussopt, et de l’éducation nationale, Pap Ndiaye.

"Je porterai cette mission avec sérieux et détermination, consciente des enjeux pour les jeunes, les plus éloignés de l’emploi, les seniors, pour atteindre le plein emploi à l’horizon 2027 !" a-t-elle aussitôt indiqué sur Twitter.

Agée de 39 ans, diplômée d’un master II en ressources humaines de Lille 1, Carole Grandjean a débuté sa carrière comme responsable de service développement RH au sein de la Caisse d’Epargne avant d’intégrer le groupe Spring comme consultante senior. Elle a ensuite rejoint le groupe Elior (restauration collective) en tant que RRH.

À l’initiative de la proposition de loi sur la santé au travail

Carole Grandjean a entamé une reconversion professionnelle, en 2017, en optant pour une carrière politique. Avec succès. Elle a été élue députée sous l’étiquette LREM dans la première circonscription de Meurthe-et-Moselle. Et a réitéré l’exploit, en juin dernier, où elle s’est imposée face à Nordine Jouira (Nupes), avec 53.43 % des voix, contre 46.57 %.

Lors du quinquennat précédent, elle était membre de la commission des affaires sociales. A ce titre, elle a été co-rapporteure de la commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi instituant un système universel de retraite en 2020. Elle a également été vice-présidente de la commission d’enquête relative à la lutte contre les fraudes aux prestations sociales, la même année et co-rapporteure de la mission d’évaluation de la loi Avenir professionnel, en 2022.

Elle est aussi à l’initiative, avec Charlotte Parmentier-Lecocq, de la proposition de loi sur la santé au travail. Laquelle a donné lieu à la loi du 2 août 2021.

Parallèlement, Carole Grandjean était membre de la commission des affaires européennes, du Conseil national de la stratégie autisme et du Conseil d’orientation pour l’emploi.

Lors de la dernière campagne présidentielle, Carole Grandjean était référente des sujets liés au travail dans l’équipe d’Emmanuel Macron.

5 vues0 commentaire

Comments


bottom of page